10 raisons pour lesquelles la consommation de viande n'est pas soutenable


Vous l'aimez ou non, vous ne pouvez pas vous cacher que le fait de manger des produits animaux crée un problème énorme pour tous ceux qui se trouvent sur la planète.

Voici 10 raisons pour lesquelles l'industrie de la viande et des produits laitiers n’est pas soutenable :

Déforestation

Les animaux de ferme nécessitent beaucoup plus de terres que les cultures pour produire une quantité d'énergie alimentaire donnée. En Amérique centrale seulement, 40 pour cent de toutes les forêts tropicales ont été défrichées au cours des 40 dernières années pour les pâturages de bétail pour alimenter le marché d'exportation - souvent pour les hamburgers de bœuf des États-Unis. Le Programme de la faim dans le monde a calculé que les récoltes mondiales récentes - si elles étaient distribuées équitablement et alimentées directement à l'homme, par opposition au bétail - pourraient fournir un régime végétalien à 6 milliards de personnes.

Eau

Sans aucun doute, l'agriculture animale possède l'une des plus grandes empreintes d'eau de la planète. Il peut être difficile à croire, mais le régime alimentaire américain standard nécessite 4 200 gallons d'eau par jour - y compris l'eau potable des animaux, l'irrigation des cultures, le traitement, le lavage, etc. - alors qu'un régime végétalien ne nécessite que 300. Le moyen le plus simple Réduire la demande d'eau est d'éliminer la consommation de produits d'origine animale.

Les déchets

Les fermes industrielles d'aujourd'hui abritent des centaines de milliers de vaches, de cochons et de poulets - et, à leur tour, produisent des quantités astronomiques de déchets. Aux États-Unis, ces élevages géants génèrent plus de 130 fois la quantité de déchets que les humains utilisent. Les déchets agricoles ont pollué des milliers de miles de rivières et d'eaux souterraines contaminées, tuant la vie aquatique et créant d'énormes zones mortes.

L’énergie

Pour que ce steak finisse sur votre assiette, la vache doit consommer d'énormes quantités d'énergie en cours de route. La culture des céréales - souvent avec une forte utilisation de produits chimiques agricoles - pour nourrir les bovins, transporter du bétail des milliers de kilomètres pour abattre et commercialiser et réfrigérer et cuisiner la viande équivaut à une utilisation absurde des ressources. En moyenne, il faut 28 calories de combustibles fossiles pour produire 1 calorie de protéines provenant de la viande, alors qu'il ne nécessite que 3,3 calories de combustibles fossiles pour produire 1 calorie de protéines provenant du grain.

Productivité alimentaire

La productivité alimentaire des terres agricoles diminue rapidement en raison de la croissance démographique, et la seule option qui nous est offerte, à moins de stabiliser la population, est de réduire la consommation de viande et de convertir les pâturages en cultures vivrières. Aux États-Unis, environ 56 millions d'acres de terres sont consacrées à la production de foin pour le bétail. Seuls 4 millions d'acres sont utilisés pour cultiver des légumes pour la consommation humaine.

Réchauffement climatique

Le réchauffement climatique s'explique par la consommation d'énergie, et comme on l'a noté ci-dessus, le bétail nourrit l'énergie. Mais ce n'est pas tout. L'élevage émet également des gaz de réchauffement planétaire puissants dans l'environnement. Les bovins, en particulier, produisent une quantité importante de méthane. Par exemple, une seule vache laitière produit annuellement 75 kilos de méthane.

Perte de biodiversité

Le braconnage et la vente du marché noir de la viande de brousse deviennent un problème croissant à mesure que notre planète devient de plus en plus surpeuplée. Les populations les plus pauvres s'aventurent souvent dans les réserves fauniques pour tuer tout, des éléphants et des chimpanzés aux bonobos et aux oiseaux. Les chasseurs s'appuient sur les routes forestières maintenues par les grandes multinationales pour un accès facile à la forêt - et les animaux qui l'habitent.

L’érosion du sol

Avec 60 pour cent des pâturages des États-Unis surpâtrés, l'accélération de l'érosion et de la dégradation des sols est une préoccupation croissante. Il faut environ 500 ans pour remplacer seulement 1 pouce de terre végétale précieuse. Bien que les engrais puissent remplacer une petite quantité de nutriments perdus, les grandes entrées d'énergie fossile requises sont complètement irréalistes et insoutenables.

Les maladies

La consommation de viande et de produits laitiers dans les pays développés combinée à la pollution de l'environnement et au manque d'exercice entraîne une abondance de problèmes de santé évitables, comme les maladies cardiaques. Alors que les pays occidentaux luttent contre les accidents vasculaires cérébraux, le cancer, le diabète et les crises cardiaques, d'autres pays sont touchés par la maladie provoquée par un manque d'accès aux terres agricoles.

En tenant compte de tous les points mentionnés ci-dessus, il est clair qu'un régime alimentaire à base de viande et de produits laitiers est insoutenable à long terme. Parce que, avec la menace d'une croissance démographique rapide - la population américaine actuelle est estimée à 285 millions et devrait doubler au cours des 70 prochaines années - et un plus grand stress sera placé sur nos ressources déjà limitées.

Indépendamment du rôle de la viande et des produits laitiers dans la nutrition ou l'éthique des droits des animaux, uniquement en matière de durabilité économique et écologique, la consommation de produits d'origine animale est un problème imminent pour l'humanité.

Si vous voulez vivre un style de vie à faible impact et réduire votre utilisation des ressources précieuses du monde, opter pour des choix alimentaires sans animaux.

 

Destruction des prairies

Au fur et à mesure que les troupeaux d'animaux domestiqués se développaient, l'habitat des bisons et des antilopes était remplacé par des prairies monoculturelles pour le pâturage des bovins à grande échelle. Les prairies ont subi une perte massive de biodiversité en conséquence. Ce qui était autrefois un écosystème riche, c'est une monoculture à une seule espèce.


Une petite ONG, Grain, s’est associée à la Fondation Heinrich Böll pour mener une étude dont les résultats sont non seulement inédits mais laissent pantois. Trois producteurs de viande, le brésilien JBS et les américains Cargill et Tyson, ont émis, l’an dernier, davantage de gaz de serre que la France toute entière et presque autant que les plus grandes compagnies pétrolières comme Exxon, BP et Shell.
 
Chacun le sait plus ou moins, l’élevage industriel est un des secteurs les plus polluants parmi toutes les activités humaines. Selon l’Organisations des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, le secteur de l’élevage serait à l’origine de 14.5 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre de source anthropique. Nul besoin d’être un grand clerc pour estimer que ce secteur est celui où les efforts de réduction des gaz à effet de serre doivent être les plus volontaristes, au même titre que le secteur des énergies fossiles ou des transports. D’autant plus que, dans ce secteur, le moyen de faire baisser les émissions de CO2 est connu : réduire voire se détourner de l’élevage intensif.
 
Or selon les résultats de l’étude de l’ONG Grain, « la croissance exponentielle de la production de viande et de produits laitiers rend l’accord de Paris impossible et la catastrophe climatique inévitable ». Circonstance aggravante, il existe peu de chiffres sur les niveaux de pollution de ce secteur. Peu d’industriels de la viande et des produits laitiers calculent ou publient leurs émissions. Aussi pour la première fois, l’ONG a fait une estimation des émissions de l’industrie en matière d’élevage, en utilisant la méthode la plus complète conçue à ce jour par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.
 
Les résultats sont accablants. Le document établit en effet « que les 20 plus grandes entreprises de viande et de produits laitiers ont émis en 2016 plus de gaz à effet de serre que toute l’Allemagne, pourtant de loin le plus gros pollueur d’Europe. Si ces entreprises étaient un pays, elles seraient le septième émetteur de gaz de serre ». Les trois premiers producteurs de ce triste hitparade, le brésilien JBS et les américains Cargill et Tyson ont émis à eux seuls plus que ce qu’un pays de la taille de la France émet en une année.
 
 
Au cours des dernières décennies, les grands producteurs de viande et de produits laitiers sont devenus extrêmement puissants et ont réussi à faire passer, à tout prix, les mesures qui ont permis de soutenir la croissance rapide de la production de viande et de produits laitiers. L’une des conséquences, parmi tant d’autres, est que l’élevage industriel rejette plus de gaz à effet de serre que le secteur des transports. « Si la production continue à croître selon les prévisions de la FAO, les émissions vont s’aggraver à tel point qu’à elle seule, la production industrielle de viande et de produits laitiers sapera notre capacité à empêcher l’élévation des températures de susciter un scénario apocalyptique » alerte l’ONG.
 
Pourtant, les solutions existent. « Elles demandent juste à être mises en place de toute urgence » déclarent les auteurs de l’étude. Ainsi, il faudrait notamment « rediriger l’argent public » de manière raisonnable, afin de soutenir un modèle agricole plus respectueux de l’environnement et « soutenir les petits producteurs ». Dans le même temps, diverses mesures pourraient être mises en place afin « d’empêcher les géants de la viande et des produits laitiers de détruire le climat et de réorienter nos mesures de soutien pour renforcer la résilience des petits paysans et des éleveurs. » Globalement, c’est donc un changement structurel que réclament les auteurs de cette enquête, afin de mettre fin aux soutiens économiques des activités les plus polluantes, au profit de solutions alternatives comme l’agroécologie.
 
Tout va dépendre du niveau de prise de conscience de la société. En matière d’énergies fossiles, les mentalités commencent à changer, les investisseurs déclarent s’éloigner de ces secteurs ; le mouvement semble effectivement en marche. Mais il y a encore du travail à faire pour amener les esprits à l’idée d’une réduction de la consommation de viande. Des initiatives existent, des alertes sont lancées, des mesures sont prises mais il faut aller plus vite. L’ONG Greenpeace a lancé récemment une campagne médiatique assez puissante pour inciter le gouvernement à mettre en place au moins deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires. Plus généralement, plusieurs indices laissent à penser que la population est en train de changer sa relation avec la viande. Ce n’est pas facile, surtout dans un pays comme la France où ce type de nourriture est culturellement ancré dans les esprits. Mais un changement de fond est en train de se profiler. Dans un sondage réalisé l’été 2017 par l’IFOP, il apparaît que près de 30% des Français se décrivent comme flexitariens et 50% déclarent vouloir augmenter leur consommation de produits végétaux. C’est bien, mais il faut aller encore plus vite.
 
Sources : Grain, MMondialisation

 

Et encore...

         
 
 
 
 
 
 

Crack hero meth weed 1018x1024